Prendre des photos d’insectes – la macro photographie dans la nature

This post is also available in: de-chDeutsch enEnglish itItaliano

En plus des fleurs, des plantes et d’autres objets détaillés, les insectes sont un motif populaire, si ce n’est le plus facile, dans les collections de macrophotographie. Voici 7 conseils utiles pour vous aider à photographier plus facilement les insectes.

Conseil 1 : Au bon endroit au bon moment

Si vous observez des insectes tout au long de la journée, vous remarquerez rapidement qu’ils sont très irréguliers. Les mouches, les abeilles, les bourdons ou les guêpes volent en permanence d’un endroit à l’autre. Mais ce mouvement constant complique le chemin pour un tir réussi.

La solution est l’aube : Avant que le soleil ne se lève correctement, la plupart des insectes sont encore immobiles et couverts de rosée dans leur phase de repos. Ensuite, ils restent immobiles pour changer.

Conseil 2 : Paix et patience

Lorsque vous prenez une photo macro d’insectes, il est très important de garder une main ferme. Que ce soit à l’aube, lorsque les insectes sont encore très silencieux, ou pendant la journée, les insectes réagissent très sensibles aux mouvements et aux sons. Il n’est donc pas conseillé de suivre l’insecte avec l’appareil photo rapidement et sans réfléchir.

Cependant, puisqu’il est nécessaire de changer de position de temps en temps, il faut le faire aussi discrètement et discrètement que possible. Une certaine distance par rapport au sujet photographié peut aider à ne pas effrayer les insectes lorsqu’ils changent de position. Vous devriez également éviter de respirer sur les insectes.

Conseil 3 : L’œil vif

Les insectes sont souvent très bien adaptés à leur environnement et il est parfois difficile de les distinguer d’une branche ou d’une feuille. Chaque arbre, chaque branche et chaque feuille doivent être soigneusement examinés.

Il suffit donc de s’asseoir sur une prairie, au bord d’un ruisseau ou dans une forêt, de rester calme et d’observer votre environnement avec patience et attention. Vous serez surpris de la vie que vous y trouverez.

Käfer und Schnecke begegnen sich auf einem Pflanzenhalm

Conseil 4 : La bonne préparation

C’est la même chose avec les insectes qu’avec  la photographie animalière en général.

Lorsqu’on travaille avec des insectes, il est important de traiter les êtres vivants avec respect, de ne pas les blesser ou de détruire leur habitat. Et : Les espèces les plus diverses peuvent être trouvées plus facilement en faisant quelques recherches à l’avance.

Il est utile de savoir : Où vit l’insecte ? – Dans les herbes, près des plans d’eau, sur les buissons ou les arbres. L’insecte apparaît-il plus fréquemment chez une espèce végétale particulière ? L’insecte est-il actif ou inactif à un moment donné – par exemple à l’aube ou au crépuscule ? L’insecte a-t-il certains comportements ou mouvements ?

La libellule, par exemple, vole encore et encore la même route, ce qui permet de se concentrer sur une partie de la route et d’attendre que la libellule revienne. Avec un tel comportement de routine, il est également plus facile de photographier un insecte en mouvement.

Makroaufnahme einer Libelle

Conseil 5 : Le bon éclairage

La lumière est connue pour être le facteur le plus important en photographie. Le bon éclairage est diffus, c’est-à-dire doux, léger.

La lumière naturelle diffuse est fournie par le soleil le matin et en fin d’après-midi. Le soleil de midi produit une lumière très dure. Ceci peut être contenu avec un diffuseur en le tenant sur le motif désiré.  Mais attention : l’utilisation de ces aides peut facilement effrayer les insectes en raison des changements dans l’environnement.

Conseil 6 : Choix de la caméra et de l’objectif

Avec une fleur ou une autre plante, il est même possible de générer une belle image avec un smartphone. Mais pour les insectes qui doivent être maintenus à une plus grande distance, le zoom d’un smartphone n’est tout simplement pas suffisant. Il est donc conseillé d’utiliser un appareil photo reflex ou un appareil photo système compact.

Un téléobjectif avec une distance focale

de 100 millimètres ou un objectif macro avec un grand grossissement de 1:2 ou 1:1 est recommandé. Cependant, l’achat d’un nouvel objectif peut être très coûteux. Une alternative à une nouvelle lentille est l’utilisation d’anneaux intermédiaires et de gros plans.

L’objectif de gros plan est utilisé pour de longues distances focales et est fixé à l’extrémité de l’objectif. Il agit comme une paire de lunettes sur l’objectif et agrandit le sujet.

Une bague intermédiaire est utilisée pour les courtes distances focales et est placée entre le boîtier de l’appareil et l’objectif. En conséquence, la distance entre l’objectif et le capteur augmente, ce qui rapproche le sujet. Avec les deux variantes, on peut s’attendre à des pertes de qualité par rapport aux macro-objectifs, mais ils sont également beaucoup moins chers à l’achat.

Il y a aussi une troisième alternative : l’anneau inversé, qui est aussi la moins chère. Avec l’anneau de recul, l’objectif est fixé à l’envers sur le boîtier de l’appareil photo et peut ainsi atteindre un grossissement allant jusqu’à 50 %. L’inconvénient est l’absence de connexion électronique entre le boîtier de l’appareil et l’objectif, de sorte que l’appareil ne peut être utilisé que manuellement.

Schmetterling auf einer Blüte

Conseil 7 : Accessoires pratiques

Le trépied est un accessoire très utile, qui devrait convenir aux photographies prises à proximité du sol. Le trépied permet d’aligner la caméra avec plus de précision, ce qui vous donne la possibilité de placer l’insecte entier dans le bon plan focal. De plus, vos mains sont libres en cas d’utilisation d’un diffuseur.

Une autre aide utile est le déclenchement à distance de l’obturateur, qui empêche toute secousse provoquée par le déclenchement. Pour ce faire, il existe des télécommandes infrarouges et à câble ainsi que des systèmes de commande basés sur WLAN pour tablettes et smartphones. Ils ont l’avantage de pouvoir être utilisés jusqu’à douze mètres et d’afficher la section du viseur sur l’écran.

Makroaufnahme eines Marienkäfers auf einer Blüte

Conclusion

Si vous choisissez les insectes comme motif, ce n’est pas vraiment facile. Mais avec le bon équipement, une bonne préparation, un peu de sensibilité et de patience, ce domaine de la photographie est une merveilleuse occasion d’explorer la flore et la faune locales et d’apprendre à mieux connaître votre propre appareil.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.